Un diagnostic d’archéologie préventive au Château

Du 30 janvier au 10 février, un diagnostic d’archéologie préventive va être mené par une équipe de l’Inrap (Institut National de Recherches en Archéologie Préventive) sur les pelouses du Château, derrière la station de TVR Quatrans.

C’est une grande coulée verte qui épousera bientôt les abords du château, rue de Geôle. La future station “Château-Quatrans” va faire l’objet d’un important travail de réaménagement urbain afin d’intégrer un terminus, au pied de l’enceinte fortifiée.

Le projet prévoit la création d’une troisième voie, en parallèle des deux existantes, pour stocker la rame, le temps que le chauffeur change de poste de conduite, et que la rame se réinsère dans le trafic. La station doit donc être élargie, non pas côté rue, mais côté château.

Dans ce cadre, un diagnostic d’archéologie préventive va être mené du 30 janvier au 10 février afin de déterminer l’intérêt archéologique particulier de la zone. En effet, au pied du Château, à partir du XIV/XVème siècle et ce jusqu’aux bombardements de la Seconde Guerre mondiale, un quartier d’habitation était présent.

Le diagnostic permettra de révéler si les fondations et les niveaux d’occupation de ces bâtiments ont été préservés sous un remblai ou détruits par un éventuel nivellement consécutif à la reconstruction post-Seconde Guerre mondiale.

Si les résultats de ce diagnostic s’avèrent intéressants, des fouilles plus approfondies pourront ensuite être prescrites par l’Etat.

Ces travaux n’auront aucune incidence sur la circulation.

 

La future station Château-Quatrans.

La future station Château-Quatrans.

Retour