Tramway 2019 Caen la mer

Le projet

Caen la mer

La communauté urbaine Caen la mer met en œuvre la politique globale de déplacements avec des mesures concrètes émanant du Plan de Déplacements Urbains (PDU). En collaboration avec les différentes collectivités locales, le rôle de sa Direction des transports est de partager l’espace public en prenant en compte tous les modes de déplacements et en privilégiant la qualité de vie et l’espace urbain de la communauté urbaine caennaise. Dans le cadre de ses missions liées au transport, Caen la mer est maître d’ouvrage de l’opération Tramway 2019. Elle a souhaité confier à Tramcités un mandat de maîtrise d’ouvrage pour la réalisation du projet.

Tramcités

Tramcités, mandataire du projet de tramway fer de la communauté urbaine, est un groupement constitué de deux sociétés : Egis Rail, ingénieriste spécialisé en transports publics tous modes, et Normandie Aménagement, acteur des grands projets d’aménagement urbains de Caen la mer. Ce groupement permet de mobiliser une équipe intégrée qui couvre tous les métiers du projet de transport : infrastructure, aménagements urbains et paysagers, systèmes et bâtiments, matériel roulant, gestion administrative et financière, communication.

Quid de la participation citoyenne ?

En avril 2014, dans un contexte financier difficile, les élus de Caen la mer ont souhaité remettre à plat le projet de deux lignes de tramway fer au regard des capacités financières de l’agglomération. Le précédent projet, pour un budget de 300 millions d’euros, n’était pas réalisable financièrement.
La population a été invitée à participer à des réunions publiques de concertation, telles que celles organisées entre avril et juin 2013, dans le cadre du précédent projet.

L’information sur le déroulement de la concertation et sur le projet a été assurée à travers différents supports de communication : presse, affichage, journal du tram, web, réseaux sociaux, etc. Dans les mois et années à venir, des thématiques précises pourront faire l’objet d’une sollicitation particulière de la population, comme par exemple les noms des stations ou le design du tram.

L’intérêt de la concertation

La première phase de concertation, qui s'est déroulée en juin 2015, a eu pour but de présenter au public les enjeux et les objectifs du projet Tramway 2019. Elle visait à informer sur le contenu du projet, des tracés, la position des stations, le calendrier envisagé et le déroulement prévisionnel des travaux.
La concertation a permis de recueillir des avis, des observations de la population. L’objectif était de viser un large public : usagers, riverains, habitants, associations, acteurs socio-économiques, élus et plus généralement toute personne intéressée. Les commentaires du public et des participants aux réunions spécifiques ont permis d’enrichir la démarche et de préciser certaines des études à mener dans les phases à venir.

Les modes d’expression complémentaires aux réunions publiques ont également été pris en compte tels que les courriels et les courriers, permettant de recueillir des avis plus étayés sur les thématiques mises en concertation, mais également les échanges sur les réseaux sociaux, le web…

Découvrir le bilan de la concertation.

Une très grande majorité des avis exprimés lors de la première période de concertation en 2013 a permis d’identifier un rejet très fort du TVR actuel. D’autres points ont pu ressortir de ces réunions de concertation : les habitants des communes en périphérie de Caen s’interrogeaient principalement sur les futures extensions et les correspondances avec les bus et la gare. Les quartiers desservis par la ligne 1 se focalisaient fortement sur l’amélioration du service, et les quartiers limitrophes de l’ancien projet ligne 2 souhaitaient avoir de nombreuses explications sur l’insertion urbaine.

Un projet affiné, amélioré grâce aux conclusions de la concertation 2015, a été soumis à enquête publique. La commission d’enquête a rendu un avis favorable accompagné d’une réserve et de recommandations.

Retrouvez le rapport complet.

L’ambition d’un tramway performant

Le mercredi 5 novembre 2014, Joël Bruneau, Président de Caen la mer et Rodolphe Thomas, 1er vice-président de Caen la mer en charge des transports, présentaient le nouveau projet de transport en commun en site propre de la communauté urbaine caennaise.

Dès avril 2014, dans un contexte financier difficile, les élus de Caen la mer avaient souhaité remettre à plat le projet de deux lignes de tramway fer au regard des capacités financières de la communauté urbaine. Caen la mer fait face en effet à une baisse de ses recettes (baisse des dotations de l’État, diminution du Versement Transport) et subit, en parallèle, un endettement significatif.

Durant l’été 2014, des études techniques et financières ont donc été menées et trois scenarii alternatifs ont été étudiés. C’est dans ce contexte que l’équipe, menée par Joël Bruneau et Rodolphe Thomas, a choisi le seul projet qui soit en adéquation avec les besoins des habitants de la communauté urbaine, le seul projet soutenable financièrement.

Le nouveau projet de tramway retenu est donc le suivant :
· transformation de la ligne 1 de TVR en tramway fer standard
· extension de la branche B (1000 mètres environ), depuis la Grâce de Dieu et en direction du CEMT, jusqu’au terminus des Hauts de l’Orne à Fleury-sur-Orne
· extension vers la Presqu’île.

Ce projet répond aux enjeux de déplacement de la communauté urbaine en assurant la desserte de 74 000 habitants, 47 000 emplois et 27 000 scolaires et étudiants. Avec le prolongement vers la Presqu’île, ce sont de nouveaux équipements publics majeurs de l'agglomération (bibliothèque Alexis de Tocqueville, Cargö, ésam Caen / Cherbourg, Tribunal et Dôme) qui seront desservis. L’extension vers Fleury-sur-Orne permet quant à elle une nouvelle ouverture vers le sud de la communauté urbaine ainsi que la desserte du Collège Marcel Pagnol.

Ces deux lignes de tramway fer seront mises en service en septembre 2019 et transporteront chaque jour 64 000 voyageurs contre 42 000 aujourd’hui.

 

Un projet qui répond aux grands enjeux

• de déplacement de la communauté urbaine en assurant :

· la desserte de la population la plus large possible en facilitant l’accès aux principaux services, commerces et équipements ;
· le développement des modes actifs grâce à des aménagements de qualité ;
· l’armature d’un véritable projet global de transports collectifs, associée à un réseau de bus organisé et hiérarchisé.

• de développement durable du territoire par :

· la réduction des émissions de gaz à effet de serre en favorisant le report modal de la voiture vers les transports collectifs ;
· la limitation de l’étalement urbain, par un tracé au cœur de l'agglomération desservant les zones denses et en développement ;
· un lien entre les quartiers ainsi que le désenclavement des quartiers prioritaires de la politique de la ville.
Ce projet représente une opportunité exceptionnelle de concilier les objectifs de développement économique, d’amélioration du cadre de vie et de respect de l’environnement.
Calendrier travaux750
D’un montant de 245,2 millions d’euros, le futur tramway fer bénéficie de subventions déjà acquises de l’État à hauteur de 27 millions d’euros (dont 23,3 millions au titre de l'appel à projet et 3,6 millions pour mise en conformité du TVR) et du Département du Calvados pour 45 millions d’euros. En outre, d’autres subventions ont également été sollicitées : 15 millions d’euros auprès de la Région Normandie et autant auprès de l’Europe (fonds FEDER). Un autofinancement sur les fonds propres de Caen la mer à hauteur de 14,5 millions d’euros et un emprunt long terme compléteront ce plan de financement.
64 000 voyageurs, par jour, contre 42 000 aujourd’hui

Desservis à moins de 500 m d’une station : 74 000 habitants, 47 000 emplois et 27 000 scolaires et étudiants

16,2 km d’infrastructure dont 900 mètres de tronc commun entre les deux lignes

37 stations dont 5 communes aux trois lignes (de l'avenue du 6 juin à la station Château-Quatrans)
· 23 rames de 33 mètres

· Fréquence de 10 minutes sur chaque branche, soit 3 minutes 20 sur le tronc commun (de l'avenue du 6 juin à la station Château-Quatrans)

· 210 places par rame de tramway (128 dans le TVR actuel)